Eurosport

Eurosport atteint son but grâce à Keepeek

Eurosport atteint son but grâce à Keepeek Les photos diffusées par Eurosport servent principalement à l’illustration des grilles dans les différents titres de presse TV à travers l’Europe. Dans ce contexte, Eurosport a fait appel à Keepeek pour la mise en place d’un DAM pour l’ensemble de ses filiales. Partant d’un besoin de photothèque classique, la réflexion du projet, poussée conjointement par Eurosport et Keepeek, a abouti à l’élaboration d’un média center diffusant aussi des contenus rédactionnels et des news. Profitez d’une mi-temps pour lire l’interview de David Bernard-Bret, Directeur adjoint communication et marketing d’Eurosport.

Pourriez-vous nous parler de l’origine du projet ? Face à quelle problématique étiez-vous confrontée ?

Le projet a vu le jour il y a un an et demi. Nos photos ne disposaient pas d’un système de gestion centralisée. On voulait que nos services de presse puissent exploiter au mieux les visuels pour la communication programmes. A l’origine, toutes nos photos étaient stockées sur l’ordinateur d’une personne qui était sollicitée par l’ensemble de nos collaborateurs ainsi que par les filiales à l’étranger. Cette façon de procéder était extrêmement chronophage et nous a poussé à mener notre enquête sur les bénéfices du Digital Asset Management. Enfin, la mise en place de l’outil répondait également à un autre besoin qui était d’associer le DAM à notre nouveau site internet corporate, levier de communication hautement important pour partager nos assets, que ce soit en back office ou via le portail utilisateurs.

Quels étaient les objectifs du projet ?

Nous avions un double objectif avec ce projet. Il s’agissait de pouvoir centraliser l’ensemble de nos données sur un portail dédié, mais aussi de donner l’autonomie nécessaire à nos services de presse dans l’utilisation des visuels. En associant ces deux objectifs, nous avons été en mesure de donner un outil clé en main à nos services de presse pour optimiser la diffusion de nos visuels programmes.

Avant Keepeek, comment faisiez-vous ?

Nous avions un collaborateur qui gérait l’ensemble des photos. Celles-ci étaient ensuite mises à disposition dans un dossier partagé sur un lecteur réseau. Nous utilisions aussi beaucoup WeTransfer en complément pour pouvoir partager les photos. Cette méthode n’était clairement pas efficace car rien n’était indexé et le process prenait beaucoup de temps.

Comment le projet a-t-il été mené ? Quelles ont été les particularités ?

La force de proposition de Keepeek nous a permis d’obtenir bien plus qu’un logiciel de photothèque. Keepeek a approfondi la réflexion de notre besoin et a fait de notre portail utilisateurs un véritable média center. Le traitement des contenus rédactionnels et des news a été intégré grâce à la flexibilité de l’appli de Keepeek. Les limites propres à une photothèque ont été repoussées par Keepeek afin de nous faire bénéficier d’une interface maligne. Un médiacenter pour Eurosport par Keepeek

Aujourd’hui, qui sont les utilisateurs de Keepeek ? Que font-ils avec Keepeek ?

Les utilisateurs au sein des filiales sont les services de presse, présents dans chacune d’entre elles. La fonction panier a énormément soulagé les utilisateurs qui auparavant communiquaient entre eux toute une liste d’assets envoyée via WeTransfer. Grâce au panier, la sélection des photos se fait rapidement et les attachés de presse qui travaillent avec les agences de presse TV, les magazines, et les différents cablo-opérateurs, peuvent tout diffuser avec Keepeek. Parmi les photos exploitées par les utilisateurs, on compte aussi bien des photos issues de Getty, que des sources qui nous sont propres.

Pour quelles raisons avez-vous choisi Keepeek ?

Nous souhaitions aller au-delà d’une simple photothèque. Nous avons rencontré divers potentiels fournisseurs avant de porter notre choix sur la solution Keepeek, pour la flexibilité qu’elle offrait tant en termes de bibliothèque API que de développement de l’outil existant. Il y avait un intérêt commun qui nous animait nous et Keepeek par rapport aux évolutions à mettre en place.

Quels bénéfices le DAM de Keepeek vous a-t-il apporté ?

Au niveau des bénéfices obtenues, nous avons constaté que nos filiales sont devenues autonomes et que le collaborateur qui gérait la base des photos avait pu être libéré de la pression d’être le seul point de contact.