Passeport pour un DAM multilingue

Des collaborateurs de différentes nationalités, des partenaires et des clients présents dans différents pays…la réalité de votre activité fait que vos outils doivent s’adapter à votre environnement de travail et vos enjeux internationaux. Votre solution de Digital Asset Management n’échappe pas à la règle !

Mais si la création, l’ajout et le partage de vos médias nécessitent des interfaces multilingues, il ne s’agit que la partie émergée de l’iceberg. La mise en place d’un DAM multilingue implique en effet une adaptation des composantes techniques de votre logiciel ainsi que des expertises particulières chez les équipes en charge de vous accompagner.

Alors quels sont les prérequis, les challenges et les facteurs clés de réussite d’un projet multilingue ?  

 

Afficher, indexer et rechercher automatiquement en différentes langues

Savoir afficher des médias en différentes langues est évidemment indispensable.  Disponibles en 5 langues, les interfaces de back office comme les portails utilisateurs Keepeek s’affichent en français, anglais, allemand, espagnol et italien.

Surtout, elles sont capables de s’adapter automatiquement à la langue de l’utilisateur dans le cas d’une authentification SSO (fonctionnalité disponible depuis la version 4.9.0). Un atout pour favoriser l’adoption et l’usage au quotidien du DAM par les contributeurs et utilisateurs externes !

Mais le succès d’un DAM multilingue repose sur la gestion automatique des langues du dictionnaire.

Pas question de perdre du temps à dupliquer vos contenus pour les indexer en différentes langues : une fois votre plan de classement et votre thesaurus définis dans votre langue d’origine, il suffit de les traduire dans les langues de votre choix. Ensuite, Keepeek se charge d’indexer un même média sous les différents libellés correspondants. Par exemple, un tag “avion” dans le thesaurus français aura une correspondance “aircraft” en anglais. Ainsi, une photo taguée “aircraft” dans sa fiche par un contributeur anglophone sera automatiquement indexée des deux tags “aircraft” et “avion”.

Ici, l’aide de documentalistes experts peut s’avérer précieuse, afin de créer le dictionnaire multilingue le plus pertinent. Et si vous possédez une base documentaire déjà indexée, la recopie automatique des valeurs de champ d’une langue vers une autre constituera un gain de temps conséquent.

Parce que votre dictionnaire est susceptible d’évoluer au fil de votre activité, il est aussi important que les administrateurs gardent la main dessus. Avec Keepeek, vous pouvez ainsi mettre à jour vos dictionnaires seuls, dans l’ensemble des langues concernées.  

De la même manière, le moteur de recherche de Keepeek adapte son comportement en fonction de la langue de l’utilisateur, choisie dans ses Préférences ou détectée automatiquement dans le cas d’une connexion SSO.
 

Une expertise d’accompagnement bilingue

Mais au-delà des fonctionnalités de la plateforme, une des clés d’un projet DAM réussi réside dans la capacité des équipes à vous accompagner: comprendre vos besoins, vous épauler pour la classification de votre fonds média et s’assurer des bonnes conditions de déploiement auprès de vos utilisateurs.

Basées en France, les équipes Keepeek savent s’adapter à la distance et au décalage horaire pour mettre en oeuvre les DAM de leurs clients internationaux. Visioconférences, partage de plannings détaillés et qualité des échanges entre les interlocuteurs font partie des outils des Chefs de Projet et Experts Documentalistes Keepeek pour mener à bien les projets en langue anglaise.  
 

Le multilingue: une question essentielle de votre cahier des charges

Pour résumer, la dimension multilingue doit faire partie de votre réflexion lors de l’écriture de votre projet de DAM: quelle est votre langue de travail, celle(s) de votre public et contributeurs, celle(s) de votre fonds média existant?

Quelle que soit la réponse, détendez-vous : chez Keepeek, la barrière de la langue de nous fait pas peur ! Avec des clients localisés aujourd’hui en Europe, Amérique du Nord ou encore au Moyen-Orient, près de 50% des projets gérés par Keepeek impliquent une dimension multilingue.