Assemblée Permanente des Chambres d'Agriculture

Le DAM de Keepeek moissonne les photos de l’Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture

Le DAM de Keepeek moissonne les photos de l Assemblée Permanente des Chambres d Agriculture L’Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture a un rôle d’appui auprès des chambres d’agriculture départementales et régionales. Afin de fédérer les 8000 collaborateurs qui constituent ce réseau, un projet national collaboratif, comprenant un intranet ainsi qu’un DAM, a été déployé. Emilie Tournadre, Chargée de l’information au sein de l’APCA, revient sur les enjeux de ce projet qui a modifié la façon de travailler des collaborateurs.

Bonjour Emilie. L’APCA a mis sur pied un projet national collaboratif dont le DAM de Keepeek fait parti. Pouvez-vous nous expliquer en quoi il consiste ?

En 2012, nous avons mis en place un projet collaboratif qui avait pour but d’offrir à nos 8000 collaborateurs, répartis en France dans les chambres d’agriculture départementales et régionales, des outils avec lesquels ils puissent plus facilement travailler. Un intranet collaboratif des chambres d’agriculture a été mis en place sous le nom d’ « OPERA ». Keepeek était l’une des briques de ce projet national et nous avons appelé notre photothèque « OPERA Médiathèque ».

Quels étaient les objectifs stratégiques du projet de DAM pour l’APCA ?

Ce projet de DAM avait un double objectif. D’une part, on voulait pouvoir créer des photothèques clés en main pour les chambres d’agriculture. Par exemple, la Vendée a sa propre photothèque. Et d’autre part, on voulait permettre aux collaborateurs d’avoir accès à une banque d’images commune qui soit utilisable par tous. De cette manière, tous les collaborateurs sont en mesure de participer à l’alimentation de la photothèque aussi bien à l’échelle de leur chambre d’agriculture qu’à une échelle nationale.

La photothèque de l APCA mis en place par le DAM de Keepeek

Comment l’accompagnement au changement s’est-il déroulé ?

A l’origine, nous utilisions l’outil « Cindoc » qui n’était pas adapté à nos besoin en matière de gestion de photos, mais qui nous avait permis de constituer un fonds commun. L’équipe de Keepeek a réalisé la reprise des données existantes sur cet outil. Keepeek a ensuite fourni à l’équipe pilote du projet au sein de l’APCA les enseignements nécessaires à la bonne utilisation du DAM. Nous avons ensuite créé une formation destinée aux responsables des photothèques locales destinée à leur montrer un certain nombre d’usages importants du DAM : comment gérer les droits à l’image, les formulaires d’autorisation associés aux médias dans la photothèque, etc …

Avec la mise en place de la photothèque, quels usages se sont développés parmi les collaborateurs ?

L’usage des photos est assez varié. Elles sont utilisées pour illustrer les sites internet et intranet des chambres d’agriculture, la revue en interne, etc … Nous venons de lancer un concours en interne pour récupérer des photos sur des thèmes manquants. Nous incitons les collaborateurs à participer à l’alimentation de la photothèque. Leur photos, mêmes si elles ne sont pas toutes parfaites techniquement, sont plus pertinentes que celles issues de banques d’images en ligne car elles dépeignent parfaitement la réalité du monde agricole aujourd’hui.

Quels sont les critères qui vous ont poussé à choisir Keepeek ?

Pour nous, Keepeek est la société qui a le mieux saisi notre problématique. Keepeek a été en mesure de proposer la meilleure solution pour faire le lien entre les photothèques locales et la photothèque nationale. Aussi, nous avons été séduit par la facilité d’utilisation de l’outil de Keepeek. Tous les utilisateurs, peu importe leur profil et leur degré de compétence technique, sont en mesure de se servir de la photothèque.

Quels résultats significatifs avez-vous pu identifier depuis la mise en place du DAM de Keepeek ?

Les fonctionnalités du DAM de Keepeek nous font gagner du temps. Par exemple, on peut utiliser des permaliens pour pouvoir afficher les photos sur les sites, on peut générer plusieurs formats de photos, partager des paniers, etc … Les tâches des documentalistes et des chargés de communication sont vraiment facilitées.